Le site du CNLE

> Accueil > Actualités / Presse > Brèves > 14 % de la population française vit sous le seuil de pauvreté

14 % de la population française vit sous le seuil de pauvreté

Imprimer cette page

[3 novembre 2015] PNG - 15.4 koEn 2013, selon l’Insee, le taux de pauvreté monétaire à 60 % du niveau de vie médian s’élève à 14% de la population, soit 8,6 millions de personnes contre 14,3% en 20121.
2013 marque une légère diminution du taux de pauvreté par rapport à 2012 (– 0,3 point). Le repli entre 2012 et 2013 s’explique en partie par la revalorisation de certaines prestations destinées aux plus modestes : RSA et allocation logement. Il fait suite à une hausse de 2,1 points entre 2008 et 2012.
En 2013, le seuil de pauvreté monétaire à 60 % correspond à 1 000 € mensuels pour une personne seule. Le seuil de pauvreté monétaire à 50 % équivaut, lui, à 833 € mensuels.

La structure de la population pauvre évolue légèrement avec une faible augmentation de la proportion des retraités, quand celle des actifs diminue un peu :

  • Après deux années consécutives de baisse, le taux de pauvreté des retraités est, en 2013, de 7,9 % (contre 7,7 % en 2012). « De fait, la revalorisation de l’ASPA pour une personne seule a été moindre que les années précédentes (+ 1,2 % au 1er avril 2013 contre + 4,7 % aux 1er avril 2011 et 2012). Ce ralentissement fait suite à la fin du plan de revalorisation exceptionnelle de cette prestation qui, entre 2008 et 2012, a augmenté de 25 % pour une personne seule. »
  • Le taux de pauvreté chez les actifs occupés s’élève à 7,6 % en 2013 et diminue légèrement du fait de l’amélioration des revenus d’activité des salariés dans le bas de la distribution des niveaux de vie.
  • Le taux de pauvreté des chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) diminue de 1,4 point, passant de 38,7 % en 2012 à 37,3 % en 2013, puisque leur niveau de vie médian s’accroit de 2,3 %. Cette hausse de niveau de vie est principalement due à une augmentation des montants d’allocations chômage perçues. Le chômage des moins de 25 ans a diminué en 2013 grâce à la montée en charge des emplois d’avenir et à la reprise de l’emploi intérimaire. Fin 2013, les chômeurs sont ainsi plus âgés en moyenne que les chômeurs de 2012. Ils ont en particulier davantage cotisé avant d’entrer au chômage et ils étaient mieux rémunérés lorsqu’ils travaillaient. Ils sont donc mieux indemnisés.
  • Chez les enfants de moins de 18 ans en 2013, le taux de pauvreté est de 19,6 % ; il diminue pour la première fois depuis le début de la crise (– 0,8 point). Les enfants avaient cependant été très affectés par la hausse de la pauvreté consécutive à la crise de 2008 et leur taux de pauvreté avait progressé de plus de 2 % entre 2008 et 2012. Les enfants de 2013, appartiennent, de fait, plus souvent à des ménages composés de personnes actives et ont donc pu bénéficier de la baisse du taux de pauvreté des actifs et, dans une moindre mesure, de l’effet positif de certaines mesures en faveur des plus modestes (revalorisation des allocations logement).
  • Le taux de pauvreté des jeunes de 18 à 29 ans (hors ménages étudiants) diminue sensiblement (de 20,6 % en 2012 à 18,6 % en 2013, effaçant la hausse de 1,9 point entre 2010 et 2012. La pauvreté recule surtout chez les chômeurs (– 4,2 %) puis chez les actifs occupés (– 2,2 %). En 2013, ces jeunes adultes représentent 26,4 % de la population pauvre, contre 29,2 % en 2012.

1 Le taux de pauvreté de 2012 a été modifié par l’Insee par rapport à ses précédentes publications. L’Insee utilise l’enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) pour la détermination des niveaux de vie en France et notamment de la pauvreté. Or, des innovations méthodologiques, ont été prises en compte dans le cadre de cette enquête ERFS pour les chiffres de 2013. Afin de comparer ces résultats de 2013 avec ceux de 2012, il était devenu nécessaire de modifier le niveau des indicateurs calculés antérieurement pour 2012. C’est pourquoi le taux de pauvreté de 2012 est révisé dorénavant à la hausse de 0,4 point (passant ainsi de 13,9 % avec l’ancienne méthodologie à 14,3 % avec la nouvelle).

Pour en savoir plus

- Sur le site de l’INSEE, consultez la brochure INSEE Première n°1566 de septembre 2015 sur "Les niveaux de vie en 2013"

- Téléchargez le communiqué de presse publié par l’ONPES suite à la publication par l’INSEE des résultats comparatifs aux indicateurs de pauvreté de l’enquête ERFS rénovée en 2013 : "L’évolution de la pauvreté en France en 2013 : le sens d’une embellie"