Le site du CNLE

> Accueil > Actualités / Presse > Brèves > Journée officielle de lancement en France de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Journée officielle de lancement en France de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Imprimer cette page

[18 février 2010] Ouverte le 18 février 2010 par Martin Hirsch, Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat chargé du logement et de l’urbanisme, et Lázsló Andor, Commissaire européen pour l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion, la journée d’ouverture de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale s’est tenue à la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP). Cette manifestation a accueilli plus de 500 personnes.

Chaque année, l’Union européenne met en avant un thème social de particulière importance pour faire avancer dans ce domaine des propositions concrètes au service des citoyens de l’Union. C’est dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, au deuxième semestre 2008, que l’année 2010 a été déclarée « Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale », par décision du Parlement européen et du Conseil, sur proposition de la Commission européenne.

Une journée de débat qui marque l’engagement et la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés

A l’occasion de cette journée d’ouverture, tous les acteurs de l’insertion - nationaux et territoriaux, associatifs, issus des partenaires sociaux et des entreprises – ont pu partager leurs actions et exprimer la mesure de leur engagement contre la pauvreté et l’exclusion.

La journée était articulée autour de trois tables rondes :

- « Réduire la pauvreté : les enjeux de l’année européenne 2010 » ;

- « Des projets pour plus de cohésion sociale » ;

- « S’engager ensemble pour atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté ».

Ces échanges fructueux ont permis de valoriser des savoir-faire, des expérimentations et des innovations conduits sur l’ensemble du territoire par des porteurs de projets bénéficiant, durant l’année 2010, du concours de l’Etat et de la Commission européenne.

C’est François Soulage, président du Secours catholique, ambassadeur de l’Année européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale en France, qui a clôturé cette journée, au cours de laquelle ont été pris des engagements qui seront poursuivis tout au long de l’année 2010, notamment : une meilleure appréciation de l’impact des politiques sociales, une individualisation renforcée des parcours d’insertion et une amélioration de la coordination entre les acteurs concernés.

Un programme structuré autour d’un message et de thèmes bien identifiés

Le programme national de l’Année européenne a été élaboré dans le cadre d’une large consultation avec l’ensemble des parties prenantes, et s’inscrit dans le cadre des orientations stratégiques définies par la Commission européenne.

Autour de la recherche d’une cohésion sociale renforcée, il développe plus particulièrement trois thèmes qui seront développés lors de séminaires régionaux :

- Les parcours d’insertion - en mai à Rennes ;

- L’accès aux droits et la citoyenneté active - en juin à Marseille ;

- Le partenariat territorial ou la gouvernance territoriale - en septembre à Lille.

Des projets seront également développés tout au long de l’année, sur l’ensemble du territoire. En effet, dans le cadre de l’Année européenne, un appel à projets a été lancé en 2009 en vue de susciter des réponses de la part de l’ensemble des acteurs, concentrés sur un nombre limité de domaines prioritaires. Il a suscité plus de six cents propositions, formulées par de très nombreux acteurs (associations et réseaux d’association, missions locales, conseils généraux, entreprises d’insertion, agences, villes, communautés de communes…). 68 projets ont été retenus par le comité de pilotage de l’Année européenne. La procédure de labellisation permettra, par ailleurs, à de nombreux projets, hors financement dans le cadre de l’Année européenne, de contribuer à répondre aux objectifs de l‘année et à accroître son impact.

D’ampleur locale, nationale ou européenne, ces projets sont issus de l’ensemble du territoire. Les problématiques urbaines et rurales sont spécifiquement prises en compte et les projets touchent l’ensemble des groupes défavorisés. Une part des projets propose des manifestations ou actions culturelles, l’élaboration d’études ou de guides de bonnes pratiques, tandis que d’autres visent à développer des dispositifs innovants, associant une multiplicité d’acteurs dont les bénéficiaires.

La crise économique et sociale que traversent le monde et l’Europe donne à cette Année un relief et un sens tout particulier : elle représente un engagement fort de l’ensemble des Etats membres qui réaffirment à travers elle l’objectif politique majeur, tant au niveau national qu’européen, que constitue la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Pour en savoir plus :

- Site de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

- Communiqué de presse vidéo : "La pauvreté est toujours une réalité en Europe".